Le sucre comme une drogue ?

Manger du sucre est-il aussi addictif que la cocaïne ? Une question qui ne cesse de préoccuper les consommateurs et les spécialistes de la nutrition. En effet, maitriser la consommation de ce produit semble être plus compliqué qu’on ne l’imagine.  En 2008, une étude sur les rats de laboratoire avait démontré que le sucre agirait sur le cerveau de la même manière que la cocaïne ou l’héroïne. Au cours de cette expérience, les rats avaient préféré l’eau sucrée sur la cocaïne et ne pouvaient y décrocher une fois goûté. Cet effet addictif est dû au bon goût du sucre. Il libère de la dopamine (l’hormone du plaisir) dans le cerveau et à chaque fois que l’on consomme du sucre, on a envie de recommencer. Le sucre serait donc une drogue.

 

Les effets néfastes de « trop » de sucre sur la santé

Jean Michel Cohen, spécialiste en nutrition considère la surconsommation du sucre comme un problème de santé publique intimement lié aux problèmes économiques. Les industriels alimentaires sont en quête permanente de croissance. Ils créent de nouvelles variétés de produits qui feront l’objet d’un désir de re-consommation tout en essayant de séduire les acheteurs. Concrètement, « ils ajoutent un peu de sucre avec un peu de graisse pour amplifier le côté sucre, et de ce fait on a une montée des valeurs caloriques de certaines variétés alimentaires » avance le nutritionniste Jean Michel Cohen. Par conséquent, cette poussée constante des calories dans l’alimentation engendre des problèmes de surpoids, de l’obésité et pire cela déclencherait des maladies cardio-vasculaires.

De plus, une consommation très élevée de sucre provoque la maladie du diabète. Chez les femmes ménopausées plus souvent, la consommation immodérée de sucre peut favoriser également le développement d’un cancer du sein. Enfin, le foie n’est pas le moins touché par les effets désastreux du sucre.

Pour rappel, le sucre de table est composé de fructose et de glucose. L’endocrinologue Robert Lustig qui a édité un livre intitulé « Sucre, l’amère vérité » affirme qu’au niveau du foie « le fructose induit les mêmes maladies que l’alcool,  Il est métabolisé sous forme de graisse et active une enzyme qui induit une inflammation hépatique ». Ce qui désorganise le fonctionnement du foie et la naissance d’une Cirrhose qui pourrait évoluer en cancer. C’est ce que nous appelons également la maladie du Soda. Boire trop de soda et d’aliments sucrés n’abîme pas uniquement la silhouette. Cela encombre le foie de triglycérides susceptibles d’engendrer des maladies de foie chroniques et dangereuses pour la santé.

 

Les solutions proposées par Jean Michel Cohen

Afin d’éviter la naissance ou la progression de ces maladies dans votre corps, le médecin-nutritionniste Jean Michel Cohen ne recommande pas d’éliminer entièrement le sucre. Selon lui ce qui pose problème de nos jours ce n’est pas le sucre « en soi » mais la manière de le consommer. Le consommer en grande quantité s’avère plus que compromettant.

Pour trouver le juste milieu et atteindre un équilibre santé et plaisir, le nutritionniste nous recommande de ne pas dépasser 50g de sucres par jour quantité maximum pour une femme et un maximum de 60g par jour pour un homme. De plus, il existe de nombreuses alternatives afin de pallier la surconsommation de sucre.

Jean Michel Cohen nous conseille de privilégier les légumes, le pain et les fruits plus fibreux et qui ont une petite densité calorique comme la pomme, les fraises, l’ananas et aussi le pamplemousse. La consommation de pâtisserie ou de glace devrait être occasionnelle, et il est préférable de les remplacer par un laitage nature ou un fruit. Finalement, adopter des réflexes alimentaires positifs ne peut qu’être bénéfique. En terme d’exemple, un repas fait maison est plus sain pour la santé que les produits sucrés acheté dans les supermarchés. En somme, contrôler la quantité et la qualité de ce que vous mangez au quotidien est la meilleure solution pour se préserver des dérives de la surconsommation du sucre.