Taille douce d’un arbre : toutes les informations que vous devez savoir

La taille douce est un procédé d’élagage qui se traduit par la suppression des bois morts, de ceux qui se superposent ou encore les branches qui sont malades. À l’opposé de la coupe sévère donc, la taille douce a pour objectif d’adapter la silhouette de l’arbre à son environnement. Tous les renseignements que vous devez connaître à propos de la taille douce vous seront explicités dans cet article.

Notions élémentaires à propos de la taille douce

Également appelée taille raisonnée, la taille douce est pratiquée par un élagueur professionnel dans le cas où lorsqu’il se développe, l’arbre ne sera pas gêné par un autre élément ou ne gênera pas un autre végétal. Autrement dit, la taille raisonnée n’est pratiquée que si un espace suffisant pour la croissance de l’arbre est disponible à proximité de celui-ci.

Lors des travaux de taille douce, cet élagueur qui œuvre dans le 11 par exemple, prend en considération plusieurs paramètres. Le premier est son stade de développement. Le second est la structure naturelle de la charpente. Cette architecture dépend entièrement de l’essence du végétal. Enfin, la réalisation de la taille douce dépend de la santé de l’arbre.

Toutes ces considérations qui viennent d’être citées font que la taille douce soit qualifiée de forme semi-libre.

Quid de la période propice pour la taille douce

Contrairement à la taille sévère, la taille douce est réalisée tout au long de l’existence d’un arbre. C’est donc une taille d’accompagnement dont l’objectif est de soutenir un développement plus harmonisé de la structure du végétal. Ce type d’élagage est aussi indispensable si vous voulez avoir un contrôle permanent sur les dimensions de l’arbre. Si cela s’avère nécessaire, la taille raisonnée est la solution la plus efficace pour une éclaircie du houppier.

Compte tenu de ces objectifs, la taille douce doit donc intervenir dès le plus jeune âge de l’arbre. Au cours de cette phase de la vie du végétal, on ne constate qu’une faible croissance des ramifications. Par contre, il gagne en hauteur et prend rapidement une forme pyramidale. Il est donc fondamental de s’assurer que le bourgeon terminal contrôle le végétal. En cas d’apparition d’une fourche, qui n’est autre que l’anomalie créée du fait de l’existence de deux flèches, vous devez procéder à la taille de formation. Cette taille de formation n’est toutefois pas conseillée si vous avez planté un arbre de Judée puisque la seconde flèche disparait automatiquement.

Sélection des branches vigoureuses lors de la taille douce

Pour déterminer les branches dites vigoureuses, vous devez vous référer par rapport au flux de la sève. Ces dernières ne doivent en aucun cas être supprimées, car vous risquerez de bouleverser le développement du végétal. En choisissant le maintien de l’axe vigoureux, vous empêchez l’apparition de rejets et vous redresserez la branche.   En plus de cela, vous évitez que certaines branches meurent sur le tronc puisque celles qui sont considérées comme faibles sont coupées bien avant ce phénomène.

Taille douce : une fréquence à respecter

Lorsque vous procédez à la taille douce, veillez particulièrement à ce que le houppier soit éclairci et que l’air puisse y circuler normalement. Cette remarque est toujours valable, quelle que soit la période au cours de laquelle vous supprimez les branches.

Pour une efficacité de la taille douce, vous devez réaliser celle-ci tous les deux ans sur un arbre jeune et tous les 4 à 5 ans sur un arbre adulte. Les arbres vieillissants, par contre, doivent être taillés une fois tous les 10 ans.

Si vous avez de questions supplémentaires à propos de la taille raisonnée, n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un élagueur professionnel.