Immobilier en France: difficulté d’accession à la propriété

En 2017, l’effectif de propriétaires français a augmenté de 4%, pour atteindre 64% contre 60% en 2007, selon les données d’Eurostat. Un résultat qui correspond plus ou moins aux chiffres de l’INSEE qui compte en moyenne 60% de propriétaires en France. En voyant de plus près les données de l’INSEE, certaines régions françaises affichent un pourcentage de propriétaires occupants supérieur à la moyenne nationale. Mais l’accession à la propriété en France est encore limitée. Tour d’horizon sur la situation des acheteurs de bien immobilier.

Acquisition immobilière : la France à la traîne par rapport aux autres pays de l’UE

Les proportions de l’achat immobilier en France sont supérieures à celles d’Allemagne où les propriétaires ne représentaient que 51% de la population en 2017. Mais en revanche, la France est encore en-dessous de la moyenne en Europe qui compte 69% de propriétaires. Le pays où l’accession à la propriété est la plus élevée est la Roumanie, composée de 97% de propriétaires (Ce qui veut dire que l’investissement locatif n’y est pas rentable avec seulement 3% de locataires !). La Pologne occupe la seconde place des pays enregistrant un record d’achat immobilier avec 84% de propriétaires. Puis, vient l’Espagne avec 77% de propriétaires. Les deux autres pays qui bouclent le top 5 des pays comptant le plus grand nombre de propriétaires en Europe sont le Portugal (75%) et l’Italie(72%).

Le gouvernement Macron : pour une taxation éventuelle des plus-values

Le président de la République a envisagé de fiscaliser les plus-values réalisées à la revente des maisons principales. Pourtant, dernièrement, les plus-values de résidences secondaires étaient les seules à être imposées. Si ce projet se concrétise, les propriétaires occupants seront certainement moins enclins à revendre leur bien.

Le ministre de la Ville et du Logement : contre l’imposition de la plus-value sur les résidences principales

Le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a souligné son opposition à la taxation de la plus-value sur la résidence principale. En outre, Julien Denormandie a prêté attention aux difficultés observées quotidiennement sur le terrain et aux demandes de l’UNPI. L’entrevue programmée pour une durée d’une heure, s’est poursuivie jusqu’à 3 heures, d’après le Président de l’UNPI. Celui-ci et Pierre Hautus espèrent donc que le ministre de la Ville et du Logement réussira à dissuader le Président Macron de prendre une telle décision.

Des conditions défavorables à l’acquisition immobilière en France

Différentes conditions telles la hausse des honoraire de notaire et la nouvelle taxe de 9% sur l’assurance décès emprunteur appliquées depuis le 1er janvier 2019 ne font que léser les intérêts des accédants à la propriété. Heureusement, les taux de crédit historiquement bas jouent en faveur des futurs et actuels propriétaires de bien immobilier. Mais il reste à savoir si cette politique avantageuse pour les acheteurs se poursuivra en début 2020. Tout dépendra de la politique monétaire du successeur de Mario Draghi à la BCE.

Quelques idées pour payer les impôts fonciers

Les alternatives courantes pour régler les impôts fonciers sont : vendre le garage et mettre en location une partie de la maison. Le paiement des impôts fonciers représente toujours un problème en France, quelle que soit la situation financière du contribuable. En particulier, les retraités subissent des contraintes pour garder leur logement et régler les dépenses liées à la possession d’un immeuble : entretien, électricité, eau, chauffage, impôts locaux, etc. Les impôts locaux s’élevant à 2500 euros et plus sont une lourde charge pour les personnes âgées. Ces dernières sont obligées de puiser dans leurs économies et d’opter pour des solutions comme la vente de garage et la mise en location de leur bien pour honorer leurs obligations fiscales. Retrouvez toute l’actu de l’immobilier en France.