Sylvie Laroche Armée du Salut : histoire de la fondation

Armée du Salut : dénomination chrétienne d’origine protestante qui se consacre à apporter l’évangile du salut, principalement aux personnes qui étaient auparavant alcooliques, toxicomanes, prostituées. Sylvie Laroche Armée du Salut, ancienne directrice au Havre nous en parle.

Sylvie Laroche présente l’histoire de Armée du Salut

La fondation Armée du Salut est née Angleterre dans la seconde moitié du XIXe siècle, conséquence de la situation socio-économique apportée au pays et au monde par la Révolution industrielle, son fondateur était William Booth et son épouse Catherine Booth, le couple Booth a décidé de donner sa vie à l’apostolat auprès des gens sans défense de la grande ville. « Ce soir, dit William à sa femme, en passant devant une taverne, j’ai entendu une voix me dire : où trouveras-tu des gens plus païens ou ayant plus besoin d’aide qu’ici ? En même temps que je me suis offert à Dieu, je vous ai offert, vous et nos enfants, pour cette grande tâche. Ce seront nos enfants à partir de maintenant et nous travaillerons pour que notre Dieu soit aussi le leur ».

Sylvie Laroche Armee du Salut indique qu’il a rapidement été rejoint par des collègues et la récente entreprise a été baptisée Christian Mission, qui se consacre à apporter l’évangile du salut en changeant la vie des masses abandonnées. L’œuvre a rapidement acquis une énorme popularité.

L’Armée du Salut a progressé rapidement à travers l’Angleterre et le reste de l’Europe.

L’Armée du Salut a donc fait de gros efforts pour fournir des services sociaux aux plus démunis. La mission de l’Armée du Salut se poursuit aujourd’hui dans plus de 120 pays.

Structure de l’Armée du Salut

L’Armée du Salut utilise une structure militaire qui a facilité l’organisation et la mobilisation de cette église à travers le monde. Par exemple, chaque église est considérée comme un corps et est dirigée par un officier, qui est le ministre. Selon la durée de son service, cet officier est soit élève officier, soit capitaine, soit major. Le général préside au niveau international depuis le siège à Londres. Chaque officier est un ministre ordonné et porte un uniforme bleu avec une chemise blanche. Les membres de l’église (ou du corps) qui ont suivi une formation, ou des cours de formation de disciples, sont appelés soldats et portent également un uniforme lorsqu’ils dirigent des services.

« Un centre de service est établi dans chaque ville ou village où l’Armée du Salut est présente » souligne Sylvie Laroche, ancienne directrice de l’ADS au Havre. En général, les membres de la communauté qui ont besoin d’une aide de base, comme de la nourriture ou simplement un manteau d’hiver, peuvent l’obtenir auprès d’un corps ou d’une agence gérée par l’organisation. Dans le monde entier, l’Armée du Salut gère des cliniques, des écoles, des programmes de réhabilitation, des abris, des programmes d’aide alimentaire et des secours en cas de catastrophe, entre autres.

Travail philanthropique

Selon Sylvie Laroche le travail se concentre sur l’aide aux plus démunis de la population :

  • des foyers à bas prix pour les travailleurs des deux sexes ;
  • des foyers pour les pauvres, les sans-abri et les personnes en état d’ébriété ; des cuisines à bas prix ;
  • des bureaux d’information et de recherche d’emploi pour les chômeurs ; des maternités pour les femmes célibataires ;
  • des foyers pour les prisonniers, confiés à titre expérimental par la justice à leur garde jusqu’à ce qu’ils puissent trouver un emploi ;
  • des foyers pour les femmes dans la vie publique ;
  • des réseaux d’éducation pour jeunes et les mineurs ;
  • des orphelinats ;
  • des camps pour enfants et adolescents, etc.