Bien choisir le consommable pour son imprimante 3D

Le choix d’un bon matériau garantit la réussite de vos projets de fabrication 3D. Cependant, un grand nombre de consommables pour l’impression 3D est en vente sur le marché. Pour trouver celui qu’il vous faut, vous devez étudier leurs caractéristiques.

Le filament PLA

Fabriqué à base d’amidon, le PLA (PolylacticAcid) est compatible avec presque toutes les applications et est très simple d’utilisation. Sa température d’extrusion est relativement basse (de l’ordre de 180 à 220°C) et il ne se décolle pas pendant l’impression (aucun problème de warping). En outre, il possède de bonnes performances en bridging et les liaisons entre les couches sont excellentes. 

De nombreux coloris sont disponibles et ils peuvent être utilisés pour fabriquer des pièces à structures géométriques complexes. Le PLA ne demande pas de plateau chauffant. Sa qualité d’impression est régulière et les risques de déformation sont moindres. Néanmoins, c’est un matériau rigide qui commence à se ramollir à 50°C et qui est sensible à l’humidité. 

Le filament ABS

L’Acrylonitrile Butadiène Styrène ou ABS est un thermoplastique utilisé dans la conception de nombreux objets du quotidien, entre autres les jouets de la fameuse marque LEGO. Ce thermoplastique est un matériau durable et offre une haute résistance mécanique. Sa température d’extrusion est située entre230 et 250°C. Il nécessite un plateau chauffé à 80°C et une ventilation de 5%. 

Plus résistant à la chaleur et plus souple, l’ABS peut être employé pour la fabrication de prototypes fonctionnels et de pièces d’usage courant. Toutefois, il est non-biodégradable et plus enclin aux risques de warping. Pour minimiser ces risques, l’utilisation d’un spray adhésif sur le plateau chauffé est conseillée. 

Le filament Nylon

Le filament nylon est un polyamide qui offre une résistance chimique convenable à température soutenue, ainsi que de bonnes qualités frottantes. Sa température d’extrusion oscille entre 240 et 260°C. Une ventilation de 40 % est recommandée lors du processus d’impression. Le nylon possède un champ d’applications assez large : secteur médical, industrie automobile, outillage, etc.

Il a l’avantage d’être souple, durable et de résister à la friction, à l’abrasion, ainsi qu’à la corrosion. Cependant, c’est un matériau sensible à l’humidité et il est inflammable. 

Le filament PET 

Le Polyéthylène téréphtalate est un polyester utilisé pour la fabrication de bouteilles plastiques, d’emballages alimentaires, mais aussi de bijoux fantaisie et de composants électriques. Son rendu est translucide et brillant. Il permet d’imprimer des objets durables, mais aussi solides. 

Une large gamme de coloris est en vente sur le marché. C’est un matériau qui peut être mis en contact avec les aliments, et c’est un très bon isolant électrique. Toutefois, il présente peu de souplesse et est sensible à la délamination. 

Le filament flexible

C’est un matériau pouvant être employé à la place des caoutchoucs rigides. Cet élastomère thermoplastique (TPE) possède une valeur de souplesse (dureté shore) notable, ce qui le rend résistant à la déchirure et à l’impact. Certaines pièces d’assemblage, les courroies ou les coques, sont fabriquées avec ce matériau, mais les géométries complexes sont à éviter. 

Le filament PP

Le filament Polypropylène est assez polyvalent, mais il compose surtout les emballages alimentaires, certaines pièces automobiles et aussi les vaisselles destinées au four micro-ondes. Comparé au nylon, il n’absorbe pas l’eau et est semi-rigide. 

Sa résistance aux frottements et aux produits chimiques est élevée. Comme le PET, c’est un isolant électrique. Néanmoins, sa cristallisation n’est pas adaptée aux petits détails.

Le filament Polycarbonate

Le polycarbonate est de loin le plus résistant des matériaux thermoplastiques utilisés en fabrication additive. Transparent et clair, il se retrouve un peu partout : sur les phares des voitures, parmi les matériels médicaux, ou encore composant les verres des lunettes. Il peut résister à une température de 140°C. 

C’est un matériau plutôt destiné aux professionnels car sa manipulation nécessite du savoir-faire et une imprimante très performante. Sa température d’extrusion varie entre 260 et 300°C. Son domaine d’application s’étend dans l’industrie, dans l’aéronautique, dans l’aérospatiale et dans l’automobile. Il peut aussi être employé pour le prototypage fonctionnel. 

Sa solidité et sa résistance mécanique constituent ses plus grands avantages. Cependant, en l’utilisant, vous vous exposez au risque de décollement et aux émanations de COV toxiques.