Travaux d’élagage et d’abattage d’arbre : à quels risques s’expose l’opérateur?

Contrairement à ce que beaucoup pensent, les travaux d’élagage et d’abattage d’arbre sont des activités qui ne sont pas à la portée des non-initiés. En effet, leur pratique demande de l’expertise, du savoir-faire et une bonne capacité à se concentrer sur la tâche. Il suffit d’un bref moment d’inattention pour que des accidents graves surviennent. Il est donc essentiel de connaitre les risques auxquels s’expose l’opérateur durant leur réalisation. Justement, c’est ce qui va faire l’objet du présent article.

Les risques liés aux défauts de l’EPI

Les entreprises spécialistes en travaux d’élagage sont tenues de mettre à la disposition de leur élagueur un équipement de protection individuelle ou EPI. De façon globale, ce dernier comprend un casque de sécurité, des gants de protection, des lunettes de protection, une combinaison anti-coupure, des harnais d’élagage, de longe et différents cordages, des mousquetons et bien d’autres encore. L’élagueur doit avant toute utilisation de son EPI vérifier sa fiabilité. Procéder ainsi permet d’éviter les accidents liés à sa défectuosité. En conséquence, si le doute quant à la solidité de l’équipement s’installe, il devra se servir d’un autre qui est en bon état. En effet, la majorité de ces outils rend l’intervention et les déplacements de l’opérateur en hauteur plus sécuritaires. C’est le cas notamment des cordes, du harnais d’élagage, des mousquetons ainsi que la longe. Un EPI doit être parfaitement fonctionnel pour se prémunir contre les chutes, éventuellement mortelles.

Les risques liés à l’utilisation des outils tranchants

La manipulation en hauteur d’une tronçonneuse doit être réservée aux professionnels ayant reçu une formation d’élagueur comme ce spécialiste en travaux d’élagage dans le Charente Maritime. En effet, bien que cet outil soit efficace pour couper les branches, son utilisation doit se faire avec une grande prudence. Justement, des blessures graves, voire la section d’un doigt ou d’un membre, peuvent résulter d’une mauvaise utilisation des outils aiguisés.

Afin d’éviter ce genre d’accident, utiliser une tronçonneuse spéciale élagage et taille d’arbre est préconisée. C’est un matériel à la fois léger et très facile à manier. Néanmoins, sa manipulation doit se faire en se servant des deux mains. La norme européenne harmonisée NF EN ISO 11681-2 l’a d’autant plus exigée. L’utilisation d’une seule main pour manier cette tronçonneuse n’est autorisée que dans de très rares cas.

Les risques liés à la présence d’une ligne électrique aérienne à proximité de l’arbre

L’élagage d’un arbre planté à proximité d’un fil électrique aérien est plus complexe. En effet, l’opérateur qui s’en occupe risque l’électrocution. Pour se prémunir contre les accidents, des distances de sécurité ont été imposées par le Code du travail en son article R4534-108. Elles devront de ce fait respecter au cours des travaux d’élagage. En conséquence, il faudra établir une distance de 3 mètres pour les lignes électriques de moins de 50 000 volts. La distance de sécurité à respecter pour les fils électriques de 50 000 volts et plus est de 5 mètres. S’il est impossible de respecter ses distances de sécurité, il faut impérativement mettre la ligne hors tension avant et durant toute la durée de l’intervention.

Par ailleurs, il faudra encore être plus vigilant lorsque l’élagage ou l’abattage a lieu par temps humide. Il en va de même si une importante coulée de sève résulte de la taille. En effet, quand elles sont humidifiées, les branches deviennent conductrices d’électricité. Même si une distance de sécurité supérieure à celle prévue par la loi est respect, un arc d’électricité peut éventuellement se former. Pour ces mêmes raisons, il faudra veiller à ce que l’arbre ne chute pas dans le sens des lignes électriques lors de son abattage.

Quels sont les risques liés au manque de signalisation du chantier ?

Avant d’entamer la moindre chose, le spécialiste en travaux d’élagage et d’abattage d’arbre procède à la sécurisation de son champ d’intervention. Il pose des balises aux alentours de celui-ci afin d’interdire son accès au public durant toutes les opérations. Ici, il ne s’agit pas uniquement de garantir la sécurité des travailleurs au sol. Une telle mesure permet aussi de protéger les personnes qui passeront à proximité du chantier et les biens qui se trouvent à ces alentours.