Économie : la bière belge sera-t-elle plus chère après la crise sanitaire ?

Depuis le début de la crise du coronavirus, de nombreux secteurs à travers le monde sont touchés. Aussi bien le secteur de l’alimentaire, de l’économie, etc. En Belgique, plusieurs secteurs tels que celui de la brasserie sont importants. La crise aura-t-elle un impact sur celle-ci ?

La bière belge

La bière belge est une bière très variée qui a su s’imposer et se créer une place à travers le monde. Elle porte de nombreuses dénominations telles que « pils », « lambic », etc. Elle est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO depuis maintenant 04 ans.

Ces bières faisant une fierté nationale, les Belges ont su mettre en œuvre des stratégies afin qu’elle ne soit pas impactée négativement par la crise. En effet, bien qu’étant confinés chez eux, plusieurs Belges investissent dans les bières qu’ils consommeront dès qu’ils auront la permission de sortir. Par ailleurs, de nombreuses plateformes en ligne ont été créées afin de permettre l’achat de coupons qui coûtent environ 10€. Ces derniers pourront être présentés au bar avant consommation de la bière.

Les malts et malteries belges

L’une des principales raisons qui rendent les bières belges si convoitées est la multitude de variantes de malts qu’ils utilisent pour les fabriquer. Aussi, pour offrir une bonne qualité de bière, ces malts sont maltés à Bruxelles dans l’une des plus prestigieuses usines de malteries.

Le prix des bières belges

En ce temps de crise, il est probable de constater la hausse des prix de la bière. En effet, l’ingrédient principal de la bière est le malt. L’augmentation de son prix de vente entraîne naturellement l’augmentation du prix de vente de la bière. Le prix de cette céréale est fixé au niveau du marché international de matières premières. Il y a encore peu, une tonne de malts valait entre 150 et 200 euros, mais actuellement une tonne coûte environ 240 euros.

Toutefois, il est important de noter que le prix du malt n’influence qu’à hauteur de 1 % le prix de la bière. De nombreux brasseurs estiment qu’il n’est pas encore nécessaire de s’alarmer et de parler de hausse des prix. Le seul cas pouvant entraîner cette hausse serait que le prix des céréales double. Même dans ce cas, le prix de la bière augmenterait d’au plus 2 %.

Le plan de sauvegarde de la bière belge

En plus d’être un fort concurrent dans le domaine de la bière, la Belgique a également été pendant longtemps un grand concurrent dans le domaine de la production de malt. Cependant, depuis quelques années le milieu a subi un déclin.

Face à la hausse des prix sur le marché international et dans le but de sauver le secteur de la brasserie, un plan de 2 millions et demi d’euros a été mis sur pied depuis 2017 afin de permettre aux Belges d’avoir leurs propres céréales. Ils n’auront certainement pas des millions de tonnes de malts, mais cela leur permettra de sauver leur bière et également d’utiliser des produits bios et sains et de se démarquer des autres producteurs de bières. Cette initiative permet non seulement de sauver la bière belge, mais aussi de préserver autant que possible des prix bas et raisonnables.