Les masques à privilégier pour le déconfinement

Dimanche dernier, le Premier ministre Edouard Philippe et le Ministre de la Santé Olivier Véran ont dévoilé les stratégies de déconfinement et ont confirmé que les masques vont désormais constituer un bien de première nécessité pour tous, car plus personne ne pourra sortir de la maison sans masque à partir du 11 mai. Par la même occasion, ils ont aussi défini un besoin de 45 millions de masques par semaine en France. Une question se pose : quel masque pour quelle protection ?

Les masques FFP1, FFP2 et FFP3

La première catégorie de masques regroupe les masques de protection, c’est-à-dire les masques FFP1, FFP2 et FFP3. Ces derniers servent à protéger ceux qui les portent d’un contaminant et ils sont habituellement utilisés dans le secteur industriel afin de protéger les ouvriers des poussières, du gaz et des fumées toxiques.

Dans ce contexte de pandémie, les professionnels de santé tels que les médecins, les urgentistes et les infirmiers n’hésitent pas à porter des masques FFP2 pour surmonter la pénurie car ces derniers sont assez efficaces pour filtrer des particules envoyées de 0,6 microns.

D’après les dernières analyses, on estime même un besoin de 105 millions de masques FFP2 par semaine en France, car la plupart des personnels médicaux qui entrent en contact avec les patients contaminés les utilisent.

Les masques médicaux ou chirurgicaux types 1, 2 et 2R

La seconde catégorie de masques rassemble les masques médicaux ou chirurgicaux types 1, 2 et 2R. Ces masques sont utilisés dans le but de protéger les patients auscultés ou opérés par les médecins et à la différence des masques FFP, ils ne peuvent pas protéger ceux qui les portent.

De ce fait, ils ne sont pas très recommandés dans la lutte contre le coronavirus car ils peuvent exposer les soignants à des risques sérieux de contamination. Et il en va de même s’ils sont portés par les particuliers puisque ces masques ne peuvent pas constituer de barrières anti-postillons ou anti-salive.

Les masques barrières et les masques lavables en tissu

En parlant de barrière, la dernière catégorie de masques réunit ce qu’on appelle les masques barrières, c’est-à-dire les masques à usage non sanitaire. Ce genre de masque a été dédié initialement aux professionnels qui sont en contact régulier avec le public tels que les caissiers, les commerçants, les livreurs et les fonctionnaires mais depuis l’apparition du nouveau virus, ils sont également portés par les citoyens dans la vie courante. On parle de masques « grand public ».

La plupart de ces masques sont des masques lavables en tissu fabriqués par les entreprises textiles françaises et suivant les normes Afnor. Toutefois, il faut noter qu’ils ne sont pas encore autorisés à être vendus en pharmacie puisqu’ils ne figurent pas encore dans la liste des produits autorisés en officine. Du coup, ils ne peuvent pas encore être considérés comme des masques alternatifs jusqu’à ce que le gouvernement modifie la liste par arrêté ministériel.

Comme solutions provisoires, des tutoriels circulent en ligne pour apprendre aux gens à fabriquer leurs propres masques. De nombreux sites proposent aussi des masques en tissu faits main en ce moment pour protéger les familles.